La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

 

  • Sophrologie - Relaxation
  • Méditation  
  • Cardiofeedback
  • Conseils en développement personnel
  • Préparation mentale à la compétition 

"Nous sommes ce que nous faisons de nous"

Cette affirmation n'est pas philosophique

elle est scientifique...c'est de l'épigénétique*

 

Formation en Cohérence Cardiaque à Paris XV

pour sophrologues et élèves en formation   

Docteur Patrick André Chéné

Jean-Marie Stroh - Professeur de l'Académie de Sophrologie de Paris

Programme et inscription au séminaire :

 http://www.academie-sophrologie.fr/coherence-cardiaque-et-…/

_____________________________________________________________________________________________________________________________

Guérir sans médicament

Méditation- Sport - Alimentation

Extrait du Nouvel Obs Janvier 2014

Qui l’eût cru, voici seulement quelques années ?

 

- La très ancienne méditation de pleine conscience, d’inspiration bouddhiste, est entrée dans l’arsenal des thérapies cognitives, et s’enseigne en faculté de médecine.

- Des remèdes dépourvus de toute substance active sont l’objet d’études pointues visant à expliquer leur efficacité.

- Et l’observation en temps réel sur écran de son activité cérébrale permet à chacun de corriger instinctivement ses déséquilibres.

La pensée, cette mystérieuse faculté attribuée à notre cerveau, est elle capable de guérir les maux de notre corps ?? Ou au moins d’y contribuer ?

Pour une proportion croissante de scientifiques, cela confine de l’évidence.


Les pouvoirs du cerveau que l’on ne cesse de découvrir paraissent quasi infinis.

 

Il est maintenant démontré qu’en plus de de toutes les fonctions qu’on lui connaissait déjà, cet organe constitue une véritable usine à médicaments.

Il est capable de commander au choix la biosynthèse de somnifères, d’antidouleurs, d’antibiotiques, d’anticancéreux, d’opiacés, d’alcool, de caféine, de cannabis….voire de Lsd selon les moments….

Mieux, il exerce constamment cette activité pharmaceutique au quotidien ;

La preuve selon le docteur Patrick Lemoine, psychiatre et spécialiste de l’effet placébo

« Chaque jour, chacun de nous est agressé par un microbe, un stress, ou sécrète des cellules cancéreuses dont il se débarrasse sans l’avoir su »

C’est que le cerveau en liaison avec le système immunitaire, est chimiquement intervenu pour régler le problème, par la fabrication automatique d’un remède radical livré illico à l’endroit requis…..

 

Suite de l’article dans le Nouvel Obs de Janvier 2014


Reportage diffusé au 20h le 4 Janvier 2014

Isabelle Talbert Paris, la sophrologue qui intervient dans cette entreprise, est une ancienne élève

de l'Académie de Sophrologie de Paris dirigée par le Docteur Patrick André Chéné.

Elle est également professeur de l' Académie. 


         

                                     Le site internet d'Isabelle

                      

Esprit de corps

Les sportifs sont nombreux à avoir recours à la sophrologie pour améliorer leurs performances. Une méthode qui n’est pas sans rappeler le principe de Coué. La recherche de l’équilibre entre le corps et l’esprit en plus

La sophrologie a changé ma vie ». Yannick Noah est catégorique. Ivan Lendl, Rafael Nadal mais aussi Alain Bernard, le XV de France, les Bleus sous l’ère Laurent Blanc, l’équipe de France féminine de handball et plusieurs générations de skieurs alpins, tous pratiquent ou ont pratiqué la sophrologie.

Dans un univers où « chacun cherche la performance et en subit la pression, la sophrologie permet de trouver un équilibre », affirme Patrick Fiorletta, sophrologue caycédien à Nancy.

Apparue dans les années soixante, la sophrologie constitue un véritable atout dans l’optimisation des capacités, la préparation, la récupération et la gestion de la douleur. Car le sport de haut niveau nécessite plus que des séances d’entraînement pour réussir en compétition.

L’aspect psychologique – le mental – joue un rôle essentiel dans l’obtention de résultats. « Un sportif peut être très bon à l’entraînement et ne pas l’être en compétition , remarque Patrick Fiorletta. D’où l’intérêt de la futurisation – sorte de projection en 3D – « des bonnes sensations qu’on a vécues et qu’on veut retrouve r ». « Avant chaque compétition, on travaille beaucoup l’imagerie mentale. Je les aide à visualiser l’épreuve la mieux possible pour eux. Ça les place dans 

un contexte positif », explique Jordan Rouyer, l’entraîneur de Metz Triathlon.

Le sportif « doit répéter le rien-faire »

Pour le spécialiste nantais Nicolas Gétin – qui a travaillé quinze ans auprès de basketteurs professionnels –, « le gros de mon travail est de leur permettre d’être tout entiers dans leur action. Je les aide aussi à accepter les émotions qui les traversent – la peur, la frustration, l’espoir, de manière à ce qu’ils s’en servent contre l’adversaire plutôt que de se laisser submerger par elles. »

Mais le recours à la sophrologie est souvent réservé aux équipes nationales et aux grands clubs. Plus courante, en revanche, est la démarche individuelle. « Je propose des séances hebdomadaires d’une heure qui sont potentialisées par les sportifs eux-mêmes grâce à un entraînement qu’ils pratiquent chez eux, en autonomie. Plus on répète, plus ça fonctionne. C’est un acte de conscience », détaille Patrick Fiorletta. Et le sophrologue nancéien de pointer : « Le sportif connaît l’action mais pas le relâchement. Il doit répéter le rien-faire » pour obtenir une meilleure maîtrise du corps.

 

Contrôler, se contrôler n’est-ce pas souvent là que tout se joue ? Pour Jordan Rouyer, « la sophrologie ne fait pas gagner mais ça peut aider. C’est le petit plus. »

Un petit plus qui, pour certains, s’est transformé en une philosophie de vie, à vie.

Catherine PILET.

Source : Le Républicain Lorrain

Albi. L'ex-patron du GIGN combat le stress des autres en devenant sophrologue

C’est un sacré parcours que celui d’Alain Le Caro, ancien colonel du GIGN, ex-patron du groupe de sécurité de la présidence de la République.

Installé à Albi depuis 2 ans, le retraité combat le stress des autres.

Secrets d’État, raison d’État, secrets défense, confidentiel défense, petite Histoire, grande Histoire, coups d’État en Afrique, interventions périlleuses dans les pays de l’Est, à Berlin, en Amérique du Sud. ça, c’était le quotidien d’Alain le Caro, ex-patron du GIGN, l’unité d’élite de la gendarmerie nationale. Cet ancien enfant de troupe est passé par Mat spé puis par l’école des officiers de Saint-Cyr et, en suivant, l’école des officiers de la gendarmerie à Melun. C’était l’année de l’attentat aux JO de Munich en 1972. Dix ans après, explique Alain Le Caro, j’ai rejoint l’unité d’élite chargée de lutter contre le terrorisme, au moment de l’arrivée à l’Élysée de François Mitterrand. Nous avons été chargés de la protection du chef de l’État. J’étais capitaine et j’avais 34 ans». De nombreuses photos en présence de Mitterrand ornent sa salle de remise en forme. À la tête du groupe de sécurité de la présidence (GSPR) jusqu’en 1988, il dirige le nouveau groupe de sécurité et d’intervention de la gendarmerie nationale (GSIGN). Le colonel le Caro a 400 hommes sous sa responsabilité. Il quitte la gendarmerie en 1993 et met ses qualités au service des grandes entreprises internationales puis d’un groupe pétrolier afin d’assurer la sécurité des employés et de leurs familles. Enlèvements, rançons, opérations spéciales faisaient partie de son quotidien.

Depuis, l’ex-militaire a pris beaucoup de recul avec l’actualité. Les hasards de la vie l’ont conduit à Albi où il a ouvert son cabinet de sophrologie à destination du grand public.

«Nous utilisions la sophrologie au sein du GIGN pour lutter contre le stress et améliorer la maîtrise de soi et toutes les techniques d’intervention et de sécurité», ajoute l’ex-colonel, diplômé de sophrologie qui a adopté une autre philosophie de vie.


*****************************************************************

 

Je vis ma grossesse avec la sophrologie

 

La sophrologie en France s’est développée tout d’abord grâce à l’application à la maternité et au sport.

La préparation sophrologique à l’accouchement a commencé dans les années 80/85.

Tout d’abord confidentielle, elle s’est, par sa capacité à aller plus loin que les méthodes classiques de respiration, sa simplicité de mise en œuvre et son efficacité au niveau du vécu des patientes, peu à peu imposée dans les salles d’accouchement ; elle a réussi à exister et à cohabiter avec le développement de la péridurale, grâce à sa force de travailler sur la conscience et de n’être pas qu’une technique corporelle simple.

Elle tire son originalité de l’implication personnelle des patientes qu’elle sait particulièrement bien mobiliser. Celles-ci doivent s’entraîner pour atteindre leur objectif d’accoucher avec la méthode autrement que dans la pure technicité qui, si elle est importante, doit être tempérée par retour sur ce qui se vit, une liberté et une autonomie redonnée aux femmes et aux couples pour vivre la naissance de façon personnalisée.

La sophrologie trouve aujourd’hui, mieux que tout autre méthode, son application dans ce désir des couples de se réinvestir d’un rôle actif dans l’accueil d’un enfant et la construction d’une famille, ainsi que de réfléchir à cet acte de vie qu’est la naissance.


Quels sont les caractéristiques et les atouts de la sophrologie durant la grossesse ?  [...]

Article écrit par le Dr Patrick-André Chéné – Gynécologue-Accoucheur & Sophrologue – Directeur de l’Académie de Sophrologie de Paris

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°1 en vente en ligne sur hommell-magazines.com